Recherche
 
Fermer
 
Présentation
Base des documents
 ↑  
Archive des nouvelles

+ Année 2017
 -  Année 2017
+ Année 2016
 -  Année 2016
 Décembre 2016
 Novembre 2016
 Juillet 2016
 Juin 2016
 Mai 2016
 Avril 2016
 Mars 2016
 Février 2016
 Janvier 2016
+ Année 2015
 -  Année 2015
 Décembre 2015
 Novembre 2015
 Octobre 2015
 Septembre 2015
 Août 2015
 Juin 2015
 Mai 2015
 Avril 2015
 Février 2015
 Janvier 2015
+ Année 2014
 -  Année 2014
+ Année 2013
 -  Année 2013
 Décembre 2013
 Novembre 2013
 Octobre 2013
 Septembre 2013
 Août 2013
 Juillet 2013
 Juin 2013
 Mai 2013
 Avril 2013
 Mars 2013
 Février 2013
 Janvier 2013
+ Année 2012
 -  Année 2012
Contact
(Inscription suspendue)

Se connnecter (privé)

 ↑  
Archives des nouvelles
Les nouvelles archivées sont antérieures au 20/12/2015 - 00h00
Les nouvelles postérieures sont consultables dans les nouvelles actives

GASN/Logos/fondation_ifrap.gifCOP21 : les Français boiront-ils la coupe jusqu’à la lie pendant 21 ans ?

 http://www.ifrap.org/La-loi-sur-la-transition-energetique-un-leurre-pour-le-sommet-mondial-de-Paris,14678.html

L’objectif de la conférence internationale sur le climat n’est pas de réduire la consommation d’énergie dans le monde, un but indécent face aux besoins des quatre milliards d’êtres humains qui vivent dans des conditions que les Français jugeraient misérables.

Ce n’est pas non plus de réduire la production d’électricité nucléaire, alors que 72 réacteurs sont en cours de construction dans le monde.

Ni de produire de l’essence à partir de céréales, alors que l’avantage écologique est douteux, et que le plein d’une voiture en biocarburant à base de maïs représente la ration annuelle (200 kilos) d’une personne dans un pays en développement.

Non, l’objectif fixé par le GIEC est de réduire la production de gaz à effet de serre.

Or le plan français décrit dans le projet de loi énergétique vise à une baisse de consommation finale d’énergie qui n’est pas atteignable, avec 1% de croissance annuelle de la population ; elle l’est d’autant moins avec une réduction de la part du nucléaire à 50% en 2025.

Elle n’est pas non plus souhaitable, avec la fermeture des centrales nucléaires qui aura pour effet d’augmenter le coût de l’énergie et les rejets de gaz carbonique, comme la politique allemande d’Energiewende le démontre année après année.

En définitive, en servant de vitrine à nos politiciens qui voudront faire de la surenchère, la conférence COP21 risque d’être une véritable malédiction pour les Français, qui devront payer les promesses faites au niveau international pendant des décennies.

A moins d’un véritable sursaut pour conjuguer écologie et raison : les auteurs ne désespèrent pas qu’un tel sursaut soit encore possible !



GAENA (ex GASN) / ARCEA
 

Pour être averti des nouveautés du site : visitez notre blog, et inscrivez-vous à la "Newsletter"
Ou bien utilisez les liens RSS

 ↑